Endormir un bébé rapidement. Conseils d’une photographe specialiste en nouveau-né

Je n’ai pas la prétention d’être spécialiste du sommeil, par contre j’ai une grande expérience dans la manipulation et l’endormissement des nouveau-nés. À chaque séance photo je me dois de faire dormir un bébé qui n’est pas toujours coopératif. J’ai glané au fils du temps de nombreuses informations, des trucs et astuces et j’ai eu le temps de les tester sur de nombreux bébés différents. Voici quelques conseils pour vous aider à endormir votre chérubin.

Tous les nouveaux parents pensent qu’ils sont prêts pour les nuits blanches qu’apporte un nouveau-né… jusqu’à ce qu’ils doivent faire face à un manque de sommeil continu.

Vous vous réveillez toutes les quelques heures pour surveiller et nourrir votre bébé. Alors oubliez vos 8 heures de sommeil continue, les nouvelles mamans espèrent juste assez de sommeil pour pouvoir composer une phrase cohérente ou ne pas craquer aux questions les plus bénignes.

Pour savoir à quoi s’attendre aux différentes étapes de la croissance de votre bébé, il est essentiel de comprendre l’horaire du sommeil en fonction de son âge. Une fois que vous avez compris cet horaire, vous pouvez vous préparer à une nuit complète de sommeil, en temps voulu, en adoptant les conseils de sommeil suivants

Emmailloter votre bébé !

Avez-vous déjà entendu parler du réflexe moro ? Son surnom le plus courant est le réflexe de sursaut, et c’est un réflexe infantile avec lequel presque tous les bébés naissent. Vous connaissez cette sensation que vous ressentez, lorsque vous vous endormez dans votre chaise de bureau, ou à mi-dormir dans votre lit lorsque soudain, vous vous sentez libre en tombant d’une falaise et que votre corps est réveillé par un choc. Oui, ça arrive aussi aux bébés. Et malheureusement pour vous, cela a tendance à se produire souvent pendant la sieste et l’heure du coucher, ce qui fait que les bébés agitent leurs bras et leurs jambes et sursautent en se réveillant.

Le réflexe moro est présent pour protéger votre nouveau-né dans les premiers stades de son développement. C’est presque comme une alarme déclenchée par tout changement soudain de la stimulation sensuelle (pensez : un bruit fort, un contact soudain, ou tout événement qui déséquilibre le bébé – même s’il est placé dans un berceau). L’absence de réflexe moro peut indiquer un problème dans le système nerveux de votre bébé. Mais ne vous inquiétez pas, nous avons résumé ici tout ce que vous devez savoir sur le réflexe moro.

Il a été prouvé que l’emmaillotement aide considérablement à calmer les bébés lorsqu’ils ont le réflexe moro. L’emmaillotement maintient les bras et les jambes près du corps, de sorte qu’ils restent en place jusqu’à ce que le bébé se soit calmé. Non seulement l’emmaillotement maintient les bras de votre bébé bien serrés, mais il lui procure aussi la pression réconfortante et la sécurité du toucher affectueux d’un parent grâce aux coussinets délicatement lestés sur la poitrine et les côtés.

L’avantage de l’emmaillotement est qu’il empêche non seulement votre bébé de s’éveiller la nuit, mais il lui permet aussi de simuler un toucher apaisant. Ainsi, lorsque vous coucherez votre bébé, il ressentira toujours une étreinte serrée qui l’aidera à se calmer plus rapidement et à rester endormi plus longtemps – ce qui est une victoire pour vous et pour votre bébé.

L’emmaillotement recrée également la sensation de l’utérus pour votre bébé. Si les bébés dorment autant que les nouveau-nés, c’est en partie parce qu’ils viennent de passer neuf mois à dormir dans l’utérus. L’emmaillotement simule cet endroit chaud et familier dans un monde qui est très stimulant en comparaison. Un autre avantage ? Votre bébé ressemblera à un adorable petit burrito.

L’emmaillotement est une méthode je j’utilise beaucoup dans mon studio. Cela fonctionne particulièrement bien sur de nombreux bébé. Ils s’endorment bien souvent quelque minute après les avoir déposés. Je commence les séances par un emmaillotement cela calme le bébé, lui permet de dormir et de s’apaiser, après un moment on peut si on veut enlever le tissus, même si le bébé se réveille il se rendormira facilement. Pour ceux d’entre vous qui son photographe, j’ai écris un article sur les wrap et l’emmaillotement : Utilisation des wraps pour la photographie de nouveau-né

Presser avec votre main.

Si vous avez peur ou ne voulez pas emmailloter votre bébé il existe une méthode simple pour recréé cette sensation pour votre nouveau-né. Poser votre bébé dans son berceau ou son petit lit, avec sa barboteuse / gigoteuse, et sa petite couverture préférer. Poser votre main (ou même les deux) sur lui et appliquer une légère pression pour le maintenir en forme de boule ou de burrito tout en le berçant. Cela recrée la pression faite par l’emmaillotement et rassure le bébé. Continuer jusqu’à ce que le bébé dorme….vous pouvez retirer vos mains.

Evitez le contact avec les yeux.

Cela peut sembler un peu étrange, mais c’est vrai. Le contact visuel prolongé ou animé est en fait très stimulant pour les bébés, il est donc logique que vous souhaitiez éviter cela avant de vous coucher et pendant les tétées et les changements de nuit.

Lorsque vous allez nourrir votre bébé au milieu de la nuit, il est important de le garder aussi calme et peu stimulé que possible. Bien que vous puissiez faire tout ce qu’il faut en matière d’ambiance (garder la pièce sombre, utiliser un bruit blanc, etc.), vous devez également prendre en considération vos propres actions et votre présence.

Un bref regard ou une excitation dans votre voix peut être un signal pour votre bébé que c’est le moment de jouer. Assurez-vous de rester calme et discret lorsque vous les surveillez la nuit. Évitez le contact visuel et parlez-lui à voix basse pour qu’il sache qu’il est encore temps de dormir, et non de jouer !

Apprendre les signaux de somnolence de votre bébé.

Au cours des trois premiers mois, les bébés ne suivent pas un horaire fixe pour dormir. C’est pourquoi nous devons apprendre à lire leurs signes de fatigue, ou « signaux ». À l’âge de 3 ou 4 mois, un rythme de sommeil se met en place et vous vous améliorez dans la lecture de leurs signaux.

À tout âge, il faut être attentif à l’apparition d’une fatigue excessive. Un mythe courant veut que plus vous les gardez éveillés pendant la journée, mieux ils dorment pendant la nuit. C’est comme si vous leur suggériez que si vous les affamez pendant la journée, ils mangent mieux la nuit. Impensable, n’est-ce pas ?

Le sommeil, c’est comme ça. En fait, les bébés qui sont trop fatigués mettent beaucoup plus de temps à s’endormir. Il faut donc surveiller leurs signes de fatigue. Voici quelques-uns de ces indices, certains plus subtils que d’autres :

  • Bâillement : Le moyen le plus simple que votre bébé a de montrer qu’il a sommeil est de bailler.
  • Se frotter les yeux : se gratter constamment les oreilles ou se frotter la tête ou les yeux est un signe courant de somnolence.
  • Regarder ailleurs : Votre bébé peut ne pas retenir votre regard et regarder ailleurs.

Mouvements brusques ou agitation : Un bébé trop fatigué devient également difficile. Les pleurs peuvent varier d’un doux gémissement à un cri strident, selon le degré de fatigue du bébé. En écoutant les indices plus tôt dans le processus, vous l’empêcherez d’en arriver à ce point dangereux. Une fois ce point franchi, votre bébé peut mettre beaucoup plus de temps à dormir, ce qui est une expérience douloureuse pour vous et pour lui.

Signes de fatigue excessive : Un bébé trop fatigué peut pleurer très fort. Ses bras peuvent être étirés et son corps raide pendant qu’il pleure. Un tel bébé peut être trop difficile à consoler ou à apaiser.

Comment apaiser un bébé surmené ?

Que se passe-t-il donc lorsque vous n’arrivez pas à saisir ces indices ? Ou bien un événement imprévu, comme un rendez-vous chez le médecin au mauvais moment, une visite au magasin ou une sur stimulation, perturbe l’horaire de la sieste de votre bébé ?

Il est préférable d’emmener un bébé trop fatigué dans un endroit calme, loin de l’environnement qui a déclenché la réaction. Même si vous êtes loin de l’ambiance parfaite de votre chambre d’enfant.

Essayer d’apaiser votre bébé dans une atmosphère stimulante et animée ne fera qu’exacerber son état d’épuisement. Aidez-vous avec la sucette, une couverture, ou un doudou.

Il se peut que vous soyez également fatiguée. Si possible, essayez de donner votre bébé à un membre de la famille qui est plus calme que vous. Votre fatigue déteindra sur le bébé. Si vous êtes calme, il le sera aussi.

Utilisé une sucette ou tétine.

La succion non nutritive (c’est-à-dire la succion sans alimentation) aide vraiment à calmer les jeunes bébés. Certains bébés apprennent à sucer de leurs propres mains dès leur plus jeune âge, d’autres préfèrent sucer une tétine. Les deux sont d’excellentes sucettes pour les jeunes bébés. N’empêchez pas votre bébé de téter, mais guidez-le vers une méthode que vous préférez.

N’oubliez pas qu’il s’agit de calmer votre bébé, afin que le sommeil puisse suivre. Dans les premiers jours, les réflexes de sursaut et de moro déplacent les bras vers l’extérieur lorsque les jeunes bébés sont en détresse, ce qui rend très difficile l’auto-calmination pendant les pleurs. Aidez votre bébé à trouver ses mains à sucer pour s’auto-calmer, en l’emmaillotant près de son visage. Souvent, cela ne suffira pas à le calmer suffisamment et on peut aussi utiliser une tétine.

Même si votre petit ne pleure pas, le fait de sucer une sucette peut l’aider à s’endormir et à rester endormi plus longtemps – ce qui signifie plus de sommeil pour vous aussi.

Qu’est-ce qui est encore mieux ? Les succions sont également liées à la réduction du risque de décès lié au sommeil chez les bébés. Le syndrome de mort subite du nourrisson (MSN) est la cause la plus fréquente de décès chez les bébés entre 1 mois et 1 an.

Plusieurs études médicales ont montré que le fait de donner une sucette à votre bébé pendant son sommeil peut être associé à une réduction du risque de MSN, peut-être de plus de la moitié.

Les organisations médicales en prennent également note. En matière de sécurité contre le MSN beaucoup d’étude indiquent que les tétines sont utiles même si elles tombent après que votre bébé s’est endormi. Alors allez-y, mettez la sucette dans la bouche de votre nouveau-né et reposez-vous un peu plus facilement.

J’utilise beaucoup les tétines lorsque je fais des séances photo nouveau-né. Cela aide beaucoup pour les endormir alors qu’ils ne sont pas dans un environnement qu’ils connaissent.

Développer une routine cohérente.

L’incohérence est la première cause de courtes siestes et d’un sommeil irrégulier. Maintenant que vous avez appris leurs signes de somnolence, voyons comment nous pouvons développer une routine cohérente.

Je dis bien une routine cohérente, plutôt qu’un horaire, car « horaire » suggère d’avoir une heure fixe, alors que « routine » suggère d’avoir des activités cohérentes qui mènent à une sieste, ce qui permet d’avoir un horaire plus prévisible.

Jusqu’à environ 6 semaines, votre bébé n’aura pas d’heure de coucher ni d’horaire fixe. Le fait est qu’il dort si souvent que c’est presque obsolète. Cependant, dès 4 à 6 semaines, vous remarquerez une certaine régularité dans son rythme de sommeil. Les siestes de votre bébé se consolideront en des siestes moins nombreuses mais plus longues, au lieu des courtes poussées que prendrait votre nouveau-né. Quoi qu’il en soit, il n’est jamais trop tôt pour commencer à mettre en place une certaine forme de routine, qu’il s’agisse d’emmailloter, de bercer ou de se taire. Tout ce qui peut devenir le signal de votre bébé vous indique qu’il est temps de dormir.

Lorsque votre bébé atteint l’âge de six semaines, c’est le moment idéal pour commencer à adopter ces bonnes habitudes de sommeil. Grâce à un horaire de sommeil et de sieste plus prévisible, vous pouvez vraiment perfectionner cette routine du coucher, que vous avez probablement essayé de mettre en place pendant la phase néonatale. Maintenant, il sera un peu plus facile à maintenir.

Gardez également à l’esprit que votre bébé a subi et continue de subir de nombreux changements pendant cette période – ainsi, quelque chose qui aurait pu l’aider à s’endormir il y a quelques semaines ne fera peut-être plus l’affaire. Votre routine au coucher peut comprendre un bain chaud, une toilette (changement de couche, lotion apaisante, etc.), la mise en pyjama, les câlins, l’heure du conte, l’emmaillotage et une myriade d’autres choses. Tant qu’il s’agit d’une activité calme et tranquille, faites tout ce qui semble fonctionner pour votre bébé.

Votre routine n’a pas besoin d’être élaborée ou compliquée – elle doit simplement être adaptée à votre bébé. Mais surtout, restez cohérente. Faites de cette routine votre rituel nocturne, même lorsque vous n’êtes pas à la maison. Votre bébé finira par réagir à cette cohérence et il saura quand il est temps de dormir.

L’une des façons dont un bébé apprend qu’il est temps de s’endormir, c’est grâce à des indices dans l’environnement. Environ 30 minutes avant le coucher, réduisez le bruit et tamisez les lumières. Le bon éclairage est essentiel car il permet de régler l’horloge interne d’un bébé, Notre cerveau associe la lumière et l’obscurité au fait d’être éveillé ou endormi. Le fait de baisser les lumières la nuit et d’exposer votre bébé à une lumière vive le matin facilitera ce processus.

Une fois que vous avez réduit les stimuli, vous pouvez introduire d’autres rituels apaisants, comme un bain chaud, des berceuses ou des histoires doucement parlées. Il est bon de mettre en place le rituel nocturne le plus tôt possible, idéalement d’ici 6 à 8 semaines. Soyez constant – faites les activités dans le même ordre chaque soir – pour que votre bébé apprenne à quoi s’attendre.

Si vous mettez votre bébé dans son berceau alors qu’il dort déjà et qu’il se réveille la nuit, ce que font tous les humains, il ne reconnaîtra pas son environnement et aura besoin de votre aide pour se rendormir. Essayez de coucher votre bébé lorsqu’il est encore éveillé. Cela l’aidera à apprendre à s’apaiser et à s’endormir et, plus important encore, à se rendormir par lui-même, ce qui est le principal objectif de l’entraînement au sommeil.

Tout comme la routine du coucher, l’emmaillotage fonctionnent mieux avec une utilisation plus régulière. En utilisant l’emmaillotage dans le cadre de votre routine du coucher, votre bébé saura qu’il est l’heure de dormir. De plus, les parties doucement lestées aideront à calmer votre bébé plus facilement avant qu’il ne s’endorme.

Un environnement de sommeil régulier joue un rôle important dans le développement de cette routine et de l’horaire qui lui est associé.

Pour créer un environnement parfait, réduisez vos activités dès que vous détectez des signes de somnolence chez votre bébé. Emmenez le bébé dans sa propre chambre. Baissez les lumières, tirez les rideaux, augmentez le bruit blanc et emmaillotez votre. Pour l’une des siestes, la routine peut également inclure le bain avant de nourrir le bébé, l’allaitement, l’emmaillotement et le chut.

Faites en sorte qu’il fasse nuit : vous voulez que votre bébé associe les nuits au sommeil. Il est donc utile de garder la chambre aussi sombre que possible. L’obscurité empêchera également de distraire votre bébé et le gardera plus calme.

Ajoutez du bruit blanc : Le bruit blanc permet de masquer les autres bruits gênants dans l’environnement qui l’entoure. Il imite également les bruits auxquels votre bébé était habitué dans l’utérus pour l’aider à se détendre.

Prenez note de la température : la température peut avoir un impact étonnamment important sur le sommeil de votre bébé. S’il a trop froid, il peut se réveiller souvent, s’il a trop chaud, son risque de MSN (Mort subite du nourrisson) augmente. Maintenir la température de la chambre entre 19 – 22 °C est une bonne règle de base.

Je recommande vivement d’ajouter un bruit blanc à l’environnement de sommeil de votre bébé, car il s’agit d’une association positive pour le sommeil.

Qu’est-ce que le bruit blanc ?

Techniquement, le bruit blanc est un son produit par la combinaison de différentes fréquences d’intensité égale. Le bruit blanc peut être reproduit et peut ressembler à un bourdonnement, un drone, une station de radio en statique, un ventilateur, une machine à laver ou même le bruit de la pluie entre autres. J’ai souvent eu des parents qui m’avouent avoir remarqué que leur bébé s’endort avec le bruit de l’aspirateur ou du sèche-cheveux. Pourquoi les bébés aiment-ils les bruits blancs ? Eh bien, ils ont passé 9 mois dans le ventre de leur mère, un endroit qui n’est pas connu pour être calme. En fait, il y a un bruit assourdissant à l’intérieur.

Les parents reproduisent naturellement le bruit blanc en faisant des shhhhuuuuuuuuuuuucccchhhhhheee pour endormir leur bébé.

Il existe d’ailleurs un petit appareil pour reproduire ca, le Baby Shusher. Ca produit un « shuche » qui se répète durant un certain temps. Pour l’avoir testé dans mon studio cela fonctionne assez bien sur certain enfant et pas sur d’autre.

Qu’est-ce que la somnolence ?

Une routine de sommeil régulière aide à développer votre envie de dormir (sleep drive ou pression du sommeil). Pensez à la dernière fois où vous vous êtes levé bien trop tard pour terminer votre travail ou pour regarder votre émission préférée sur Netflix, et où vous avez fini par ne dormir que quelques heures. Cette sensation que vous ressentez lorsque vous devez vous réveiller le matin alors que tout ce que vous voulez faire est de retourner dans votre lit, c’est la somnolence. Votre bébé devrait avoir suffisamment de force de sommeil pour faire des siestes très fréquentes au cours des premières semaines, en ne s’éloignant que de 45 minutes à une heure et demie à la fois. À mesure que votre bébé vieillit et que les siestes se font plus rares, il a besoin de suffisamment de sommeil pour s’endormir plus longtemps. Un horaire de sommeil irrégulier peut avoir un effet négatif sur l’envie de dormir de votre bébé, ce qui se traduit par des siestes trop courtes et de courtes périodes de sommeil la nuit. La régularité aidera à réguler ce phénomène !

Aider votre bébé à s’endormir en pleine période d’éveil.

Les bébés sont également connus pour se réveiller au milieu du sommeil. Vous pouvez allonger la durée de leur sieste en les aidants simplement à se rendormir en plaçant une main sur leur poitrine ou en les tapotant doucement. Il est déconseillé de créer d’autres associations, comme l’allaitement, car ces habitudes sont très difficiles à rompre. Cependant, nous avons tous besoin d’un peu d’aide parfois.

Adoptez une stratégie pour changer les couches

Saviez-vous que de nombreux bébés ne sont pas gênés de dormir avec une couche mouillée ? Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas la changer toute la nuit (surtout si vous essayez de traiter un érythème fessier), mais cela signifie que vous pourriez la changer plus que nécessaire.

Nous ne cessons de mentionner l’importance de maintenir le calme et l’activité du bébé pendant la nuit. Les changements de couches peuvent être assez actifs et peuvent vraiment réveiller votre bébé. Commencez à changer la couche de votre bébé avant de le nourrir, de manière à ce qu’il puisse se calmer et, avec un peu de chance, s’endormir pendant que vous le nourrissez ou peu après.

En changeant leur couche après un repas, vous pouvez penser que vous augmentez le temps entre le prochain changement de couche – mais en réalité, vous les rendez plus vigilants juste avant de vous attendre à ce qu’ils se rendorment.

Si vous devez changer leur couche après les avoir nourris, n’allumez pas les lumières, évitez de leur parler avec excitation et d’établir un contact visuel. Essayez de maîtriser le changement de couche avec la seule lumière d’une veilleuse afin de ne pas donner à votre bébé le signal qu’il est temps de se réveiller.

N’essayez pas de tout faire !

Les mères veulent toujours tout faire – cela fait partie de notre nature. Mais quand on vient d’avoir un bébé, « tout faire » est plus épuisant que d’habitude… et quelque peu impossible. Ce conseil vise principalement à vous aider à vous reposer (et à le mériter !), mais il vous rappelle également que votre attitude et votre épuisement peuvent déteindre sur votre bébé.

Si vous êtes grincheuse et fatiguée et que vous essayez d’apaiser votre bébé pour qu’il s’endorme, il va s’en rendre compte. C’est pourquoi il est parfois judicieux de confier votre bébé à quelqu’un d’un peu plus calme et plus détendu lorsque vous essayez de l’endormir. Si vous êtes calme, votre bébé se calmera aussi plus facilement.

Comme en faire trop ne fait aucun bien, ni à vous ni à votre bébé, n’ayez pas l’impression que tout dépend de vous ! Demandez à un ami ou à un membre de la famille de faire du baby-sitting pendant quelques heures pour que vous puissiez faire une sieste ou sortir de la maison.

Si vous ne vous sentez pas encore à l’aise de vous décharger de certaines tâches pour le nouveau-né, lâchez certaines des autres tâches qui vous incombent et déléguez-les. La lessive, l’aspirateur, la cuisine, la promenade du chien… ce sont toutes des choses pour lesquelles vous pouvez soit demander l’aide d’un ami ou d’un membre de votre famille, soit engager quelqu’un pour les faire à votre place. Bien que vous ne dépensiez normalement pas d’argent pour ce genre de services, avec un nouveau bébé à la maison, vous gagnerez du temps et vous garderez la raison.

Les amis et la famille cherchent toujours des moyens d’aider les nouvelles mamans. Dites-leur donc ce dont vous avez VRAIMENT besoin lorsqu’ils vous le proposent.C’est peut être l’occasion de demander à ce que l’on vous offre une séance photo, vous aurez de belle photos et vous aurez une démonstration et des conseils pour endormir votre bébé. Si vous hésitez encore consulté mes articles: Un photoshoot nouveau-né chez un photographe… Est ce que ça vaut le coût ? ou Pourquoi la photographie de nouveau-né coûte-t-elle si cher ?

Si vous n’avez pas d’amis ou de parents sur qui compter, envisagez de faire appel à un service de nettoyage, d’apporter le linge au pressing ou de payer un service de repas qui vous permettra de préparer le dîner en un tournemain ! Vous pouvez même consulter des sites où vous trouverez des personnes (soigneusement sélectionnées, bien sûr) prêtes à nettoyer votre maison, à faire vos courses et à tondre votre pelouse pour pas cher. Une fois que ces tâches banales auront disparu de votre liste, vous vous sentirez moins stressée et, surtout, vous aurez plus de temps à consacrer à la création de liens affectifs et aux soins à donner à votre bébé… et vous pourrez-vous reposer !

Faites ce qui fonctionne !

L’aide peut prendre de nombreuses formes. Il peut s’agir de votre partenaire qui travaille de nuit, d’un membre de votre famille ou d’un ami qui vient vous voir pendant la journée pour que vous puissiez dormir de longues heures sans interruption, ou d’un appareil d’aide au sommeil, comme une machine à bruit blanc, une balançoire, une tétine, etc. Les mères peuvent hésiter à essayer l’un ou l’autre de ces dispositifs de peur de développer des associations de sommeil ou de devenir dépendantes de ces aides. Mais soyons réalistes : le sommeil (pour vous et votre nouveau-né !) est une priorité. Si vous pouvez éviter d’utiliser un somnifère avec votre bébé, c’est très bien ! Mais ces produits existent pour une raison, alors ne vous en voulez pas de les utiliser. Si ça marche, laissez-le faire.

De nombreux site aborde cette problématique voici quelque liens qui m’ont aidé lors de mes recherches :

Aimez vous ceci ?

Cliquer sur l'étoile pour noter !

Note Moyenne / 5. Nombre de note:

Pas encore de note! Soyer le premier à noté !

A propos de La photographe Nada Ivanova

Nada IvanovaJe suis photographe spécialisée en maternité depuis 2012. Je propose de nombreux service photo pour nouveau-né et grossesse. Je partage aussi mon expérience au travers d’article sur mon site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Retour haut de page